Clermont-de-l'Oise – Gaël Clariana et Nick Hannes

Le pôle photographique en Hauts de France présente deux expositions fortes et dépaysantes. Les photographes, présentés dans des espaces différents, offrent leur vision du monde, sous forme de reportages-examens de la vie d'ici et d'ailleurs.

Elevé dans le culte de la chasse, Gaël Clariana garde son esprit critique. Témoin cette magnifique photographie d'une brochette de chasseurs tous d'orange vêtus, peut-être pour éviter d'être pris pour cibles : les tireurs peuvent être maladroits. Là on les voit de loin. En progressant en rang d'oignons, cela leur permet sans risque de shooter tout ce qui se présente. Il n'y a plus qu'à espérer qu'un lapin les morde s'ils n'ont pas bien ajusté. Cela arrive parfois.

Gaël Clariana (né en 1971) dit que loin des pratiques ancestrales et vitales, la chasse ne serait plus désormais qu'un spectacle : « En se revêtant d’orange, les chasseurs se rendent visibles pour l’homme et se démarquent des couleurs du paysage. Tel un uniforme, cette couleur orange devient spectaculaire et intrigante, alignement de petites figurines armées, chasseurs dans l’attente, postés, émergeant à peine du végétal. » Il évoque aussi les instruments de torture : « Agrainoirs, appelants, mais aussi miradors, ces fameux objets deviennent sculptures dans une vision déformée d’une certaine réalité. »

Légende

Gaël Clariana et sa capture d'une armée de petites figurines armées... Courtesy du photographe et de Diaphane.

Exposition “Paysage dicible” de Gaël Clariana du vendredi 27 mars au vendredi 12 juin 2020, Salon des Emergents de la maison Diaphane de Clermont, organisée par Diaphane.

Nick Hannes, étudiant la rapide transformation de Dubai, passant du statut de centre régional d'activité à celui d'ultramoderne métropole, constate que cela ne fut pas sans conséquence sur la région, puisque cette métamorphose rime avec séparation et exclusion. Il commente : « Le premier monde est un archipel d’îles cloisonnées ou « capsules » privées où il est agréable de vivre ; le deuxième monde est tout le reste, un océan de pauvreté et de chaos. » Le photographe belge, lauréat du Zeiss Photography Award, en 2018, montre ce hiatus choquant entre deux réalités. Avec une certaine amertume : « Où sont les musiciens de rue, les enfants qui jouent au foot, les gamins qui traînent ? Où sont la scène musicale underground, les graffiti, les surprises qui vous attendent au tournant ? La couleur locale, la poésie, les marges, l’âme de cette ville ? »

Légende

Deux photographies extraites de l'exposition Garden of Delight, présentées Espace Séraphine Louis à Clermont-de-l'Oise du 27 mars au 17 mai 2020


 THE ARTIFACT MANIFAST: 

 

This is a great space to write long text about your company and your services. You can use this space to go into a little more detail about your company. Talk about your team and what services you provide. Tell your visitors the story of how you came up with the idea for your business and what makes you different from your competitors. Make your company stand out and show your visitors who you are. Tip: Add your own image by double clicking the image and clicking Change Image.

 UPCOMING EVENTS: 

 

10/31/23:  Scandinavian Art Show

 

11/6/23:  Video Art Around The World

 

11/29/23:  Lecture: History of Art

 

12/1/23:  Installations 2023 Indie Film Festival

 FOLLOW THE ARTIFACT: 
  • Facebook B&W
  • Twitter B&W
  • Instagram B&W
 RECENT POSTS: 
 SEARCH BY TAGS: 
Pas encore de mots-clés.

2a ailleurs & autrement en pays d'arts 

Qu'imaginer ? Quand le discours sur l'art d'aujourd'hui est trop dans le... discours, et pas suffisamment dans le vécu des artistes, ne parle pas de leur faire, de leur savoir ou de leur quête. Quand ce métalangage alimente souvent le jeu des affairistes, qui ont désormais main-mise sur les foires institutionnelles ou sur les ventes aux enchères. Certains prix gonflent. Pourquoi ? Et surtout pour qui ? Quelle place laisse le marché aux artistes contemporains qui n'appartiennent pas au sérail des magnats et n'ont pas voix au chapitre ?

Face à cette censure, il reste à lutter, à résister... Et beaucoup. Pour ceux qui croient en l'art et ont foi dans les artistes, qu'il s'agisse de peinture, dessin, installation, photo, vidéo, conception numérique... Et qui, en dépit des difficultés, continuent d'agir.

Je souhaite, avec ce site et son magazine, 2A, que je crée, apporter ma pierre à un édifice qui peut, je le crois, se reconstruire. Comment ? En donnant la parole à ceux qui sont avant le discours, et dans l'action. Pourquoi ? Parce que je les aime profondément et que j'ai un grand respect pour leur travail.

2A a pour objectif de témoigner de cet ailleurs et de cet autrement qui animent vraiment l'art, les arts. Avec simplicité. Sans rentre-dedans. Sans mots creux. Avec des reportages, des rencontres, des pistes à suivre.

Il s'agit aussi de se replonger dans l'univers de maîtres du passé, dont le travail, parfois tombé dans l'oubli, ou volontairement exclu des circuits, a pourtant et certainement nourri les nouvelles générations. Pourquoi nier les racines ?

A nous, également, d'ouvrir la porte à ceux dont les ancêtres ont été le creuset de l'inspiration occidentale, sans qu'on leur reconnaisse une véritable existence, en Afrique, Asie, Amériques, Australie... Si nous sommes ici, et maintenant, nous le sommes autrement, et nous le devons aussi à ailleurs.

Je voudrais que l'on puisse parler du travail de tous, sereinement, avec sincérité, avec coeur.

Camus a écrit : « Créer, c'est vivre deux fois. »

Soyons fous : créons et vivons ! Plusieurs fois... si possible !

Molly Mine

La parabole de la fourmi

Une fourmi pèse environ 75 mg.
Une fourmilière peut réunir
2 millions d'individus qui, ensemble, pèsent donc 150 kg.

Si nous unissons nos forces, si nous faisons front, nous pourrons, comme les fourmis, accomplir des exploits, et construire, les uns avec les autres, un ailleurs & un autrement,
pour l'amour de l'art.

© 2023 by The Artifact. Proudly created with Wix.com

  • Facebook B&W
  • Twitter B&W
  • Instagram B&W